LES DANSES FOLKLORIQUES


Les danses folkloriques diffèrent selon les régions, mais elles sont généralement accompagnées au "davul" (tambour) et "zurna" (sorte de hautbois), instruments indissociables de la fête.

“La danse du Sabre et du Bouclier", de Bursa, illustre la conquête de la ville.

“Le Zeybek", de la mer Egée, est une danse lente et virile, où les danseurs, une épée en travers de leur large ceinture, frappent le sol du genou.

“La danse à la cueiller", de Konya, dont le rythme est marqué en frappant deux cueillers l'une contre l'autre.

“Le Halay", d'Anatolie Centrale, est une sorte de ronde où le meneur agite un mouchoir.


“le Bar", de l'Est, fait évoluer ensemble femmes et hommes.

“Le Horon", de la Mer Noire, mime le mouvement des anchois pris dans les filets et le ressac des vagues: les danseurs vêtus de noir sont accompagnés par le "kemençe", sorte de petite viole.


Danse à la cueiller de Konya

Jeunes filles vêtues pour les danses folkloriques
 





LA MUSIQUE


La musique classique: la musique symphonique et des morceaux traditionnels étaient joués dans les palais ottomans.


La musique artistique turque (Türk Sanat Müzigi): des morceaux du répertoire traditionnel sont interprétés avec des instruments traditionnels (ud, kemençe, ney, kanun) et parfois modernes. La caractéristique de ce style est la façon de chanter et de jouer très orientale: le rythme est très lent et les modulations très poussées avec beaucoup de tonalités.

La musique militaire traditionelle est jouée par la fanfare des Janissaires (Mehterhane) qui se produit à Istanbul tous les après-midi à 15 heures au Musée Militaire et tous les mercredis dans les jardins du palais de Topkapi.

Fanfare des Janissaires
La musique religieuse des Derviches Tourneurs est indissociable du "ney", qui est une longue flûte de roseau : le soufisme considère la musique comme une aide nécessaire à la rencontre de Dieu.

Choeur et musiciens accompagnant le rituel du Sema
Galata Mevlevihanesi - Istanbul



La musique arabesque est un genre particulier très apprécié des milieux populaires. Les musiques sont arabisantes et les textes parlent d'amours souvent tragiques, de drames, d'honneur, de vengeances.


La musique pop s'est beaucoup développée après les années 90 et compte des figures importantes et admirables telles que Sezen Aksu dont le répertoire est impressionnant . Elle a atteint un grand succès en Europe tout comme Tarkan et Mustafa Sandal.

La Turquie, qui a remporté le 48ème concours de l'Eurovision 2003 à Riga, a été représentée par la diva pop Sertab Erener, avec la chanson « Everyway that I Can ».

Sertab Erener est une des chanteuses les plus populaires du pays. Son premier album, sorti en 1992, a été suivi par « Lâl » en 1994 et « Sertab Gibi » en 1996. Son duo avec le chanteur d’opéra José Carreras a démontré sa faculté d’adaptation, en tant que chanteuse, à différents genres de musiques, et son duo avec Ricky Martin, appelé « Private Emotion » dans les versions turques et du Moyen – Orient de l’album en anglais de 1999, a donné une autre dimension à sa célébrité. 

Son enregistrement de « Lâl » en 1994 a été sélectionné par Sony Music comme un des plus grands hits du siècle et a été inclus dans la collection « Soundtrack For A Century ». En avril 1999 elle a sorti son quatrième album « Sertab », et moins d’un an plus tard, en février 2000, un album européen. Sertab a donné de nombreux concerts, dont certains lors de grands festivals. Son dernier album « Turuncu » est sorti en 2001. « Turuncu », en turc, traduit la couleur orange, synonyme de bonheur et de choses positives. Sertab Erener est en train d’enregistrer son prochain album, dont la sortie est prévue pour cet été.

Echantillons musicaux:



Pop music
Arabesque music
Military music
Religious music
Turkish artistic music
       


Quelques instruments de musique typiques turcs


Ney
Kemençe
Zurna
Kabak kemane
Saz
 





LE THEATRE

Les spectacles forains constituent les traditions les plus anciennes, avec les saltimbanques (hokkabaz), les funambules, les numéros de prestidigitation et d'acrobaties. Ces artistes itinérants étaient très en vogue aux XVIe et XVIIe siècles.

Les conteurs populaires: le "meddah" tradition séculaire de conteurs, était basé sur le langage, le gestuel, les imitations, les dialogues. On le rencontrait surtout dans les cafés.

Le théâtre de marionnettes: la tradition de la marionnette (kukla) existait déja chez les Turcs Seldjoukides. On trouvait surtout des marionnettes à main et à fil qui connurent une progression jusqu'au XVIIIe siècle, puis furent influencées par l'introduction de la marionnette européenne. Les thèmes animés étaient comiques, parfois des histoires d'amour, puis plus tard reprirent le répertoire du théâtre d'ombre plus apprécié .


Le théatre d'ombres du Karagöz
: le théâtre d'ombres fut importé en Turquie au XVIe siècle par des artistes égyptiens et s'implanta à Istanbul. Les souverains ottomans devinrent les mécènes de ce théatre. Les figures du Karagöz sont découpées dans de la peau de chameau affinée avec du verre, tannée et peinte de couleurs chatoyantes. Elles s'articulent aux bras, à la taille et aux jambes.Elles composent ue collection de personnages stéréotypés parmi lesquels le bourru Karagöz (Oeil Noir), le distingué Hacivat, un ivrogne, un fumeur de haschisch, le Juif, l'Arménien, l'Arabe. Autant d'ethnies qui peuplaient l'ancienne capitale cosmopolite. Le but du Karagöz était de faire rire, mais il présentait aussi une grande valeur socio-politique. A la fin du XIXe siècle, la censure instaurée par Abdülhamit, l'influence du théâtre européen, la pénurie d'artistes, contribuèrent à la disparition de ce théâtre.

Hacivat

Karagöz


L'Ortaoyunu, révélé en 1834, existait certainement déjà avant cette date. Il est interprété par des comédiens mais reste très proche du théâtre d'ombres par son caractère satyrique, son goût de l'imitation et de l'improvisation. Le lieu scénique, une enceinte ovoidale délimitée par des poteaux et des fils, renfermait toute l'originalité du spectacle. Les thèmes penchaient vers des sujets pris dans l'actualité et la vie quotidienne.

Le théâtre contemporain: le conservatoire fut créé en 1914, date à laquelle les femmes turques commencent à monter timidement sur scène. Les Maisons du peuple vont promouvoir l'idéologie kémaliste en s'appuyant sur des bases culturelles puisées dans le folklore et les traditions. Elles diffuseront également les oeuvres occidentales. Muhsin Ertugrul, acteur, metteur en scène et dramaturge, formera de nombreux artistes, fera connaître le théâtre européen et élèvera le théâtre turc au niveau du théâtre occidental contemporain très florissant à l'heure actuelle.