La Citerne Basilique (Yerebatan Sarayi)
est située près de Sainte Sophie, au début de l'Avenue Yerebatan.
Byzance fut d'abord alimentée en eau, venant de Thrace, grâce à un système d'aqueducs tels que l'Aqueduc de Valens construit en 375 et toujours visible aujourd'hui entre les quartiers de Fatih et de Süleymaniye. Lorsqu'il ne fut plus possible d'utiliser cette eau à cause des hordes barbares (qui comprenaient les Avars, les Huns et les Bulgares) qui menacèrent Byzance et qui parvinrent jusqu'au pied des remparts de la ville, un grand nombre de citernes de différentes tailles furent construites, dans lesquelles l'eau de pluie pouvait être stockée. La plupart de ces citernes ne furent plus utilisées par les Ottomans qui préféraient l'eau courante. La plus grande et la plus belle des citernes, la Citerne Basilique construite durant le règne de Justinien, est un superbe exemple d'architecture. Elle est entourée par un mur en briques de 4 m d'épaisseur recouvert d'un mortier étanche. Cette immense citerne souterraine, qui couvre une superficie de 9 800 mètres carrés, mesure 140m de long sur 70m de large. Ses voûtes en briques reposent sur 336 colonnes de marbre de 9 m de haut, disposées en 12 rangées. Chaque rangée comporte 28 colonnes placées à 4,90 m d'intervalle. Les colonnes sont ornées pour la plupart de chapiteaux de style corinthien, les autres chapiteaux étant de style dorique. Tout au bout de la citerne (à l'angle nord-ouest) deux belles sculptures représentant la tête de la Méduse et provenant d'anciens temples romains, sont utilisées comme socles de colonnes. La Méduse, une mortelle dont les cheveux avaient été changés en serpent par la déesse Athéna qui était jalouse de son amour pour Persée, avait le pouvoir de transformer en pierre, d'un regard, ceux qui posaient les yeux sur elle. Elle était l'une des trois soeurs Gorgones.
La diffusion de musique classique et les jeux de lumière ajoutent à l'étrangeté de ce lieu que les Ottomans appelèrent le "palais englouti". Non loin de là, se trouve une autre grande citerne souterraine asséchée: la "Citerne des Mille et Une Colonnes"
(Binbirdirek Sarnici).
(ouvert de 09.00 à 17.30)
Plan 2, E 3




Belle colonne sculptée avec un motif
représentant l'écorce d'un arbre

L'une des têtes de Méduse est posée
Il semblerait qu'elles ont été posées

sur le côté et l'autre est à l'envers.
intentionnellement de cette façon.
 

Sainte Irène
qui est située dans la première cour du Palais de Topkapı, fut l'un des tous premiers sanctuaires chrétiens de la ville et fut élevée à l'emplacement d'un temple paien.
L'église fut agrandie par l'Empereur Constantin Ier. Tout comme la deuxième église, Sainte Sophie qui lui était reliée et à cause de la Révolte de Nika (nika étant le cri du peuple qui signifiait "gagner" durant les jeux) menée contre Justinien en 532, l'église Sainte Irène fut détruite par le feu et reconstruite ultérieurement.
Sainte Irène, qui est un très bel exemple de l'architecture byzantine avec son atrium d'origine, ne subit pas beaucoup de changements car elle ne fut pas transformée en mosquée lors de la conquête de Constantinople. Le monument fut utilisé pendant longtemps comme entrepôt d'armes et de butins avant de devenir le Musée de l'Empire en 1869 et le Musée Militaire en 1908, et ce, jusqu'à ce qu'il soit vidé en 1946 et que des restaurations soient entrprises.
De nos jours Sainte Irène tient lieu de salle de concerts de musique classique et de musique sacrée.

Plan 2, E 3 


 

EGLISES BYZANTINES CONVERTIES EN MOSQUEES:
 
Küçük Ayasofia camii (la Petite Sainte Sophie): l'ancienne Eglise Saints Serge et Bacchus est située au bout de la rue du même nom près de la route côtière. L'art architectural de la période de Justinien commença avec Saints Serge et Bacchus (construite sur un plan octogonal de 527 à 536) qui est considérée comme étant la première étape vers Sainte Sophie.
Plan 2, F 3
Mollazeyrek camii, située à mi-chemin entre l'Aqueduc de Valens et la Corne d'Or, était l'ancien Monastère du Pantocrator. Le complexe monastique, l'un des plus grands monastères byzantins, fut fondé par Jean II Comnène (1118-1143) et son épouse Irène. A l'origine, il comprenait deux églises, l'Eglise du Christ Pantocrator (le Tout Puissant) et l'Eglise de la Panaghia Eleousa (la Miséricordieuse), et entre se trouvait la Chapelle Funéraire St Michel où Jean, Irène et d'autres membres de la famille Comnène furent inhumés.

Leur fils, Manuel Ier Comnène, fit venir d'Ephèse la dalle de marbre qui aurait été la Pierre de l'Onction sur laquelle le corps du Christ avait été étendu avant la mise au tombeau. Lors de la prise de Constantinople en 1204 par les Croisés, les Vénitiens s'emparèrent de l'église, et envoyèrent à Saint Marc de Venise les reliques sacrées, les icônes et manuscripts de grande valeur et chargés d'histoire, la vaisselle en or et en argent. Durant la période Paléologue, le Monastère du Pantecrator devint le foyer de l'opposition au mouvement d'union de l'Eglise Grecque à l'Eglise Latine.
L'église et la chapelle funéraire, qui ont un narthex et un exonarthex en commun, avaient une abondante décoration sur les murs et le sol. La mosquée se trouve dans l'Eglise de la Panaghia Eleousa, plus grande et plus haute.
D'agréables jardins avec un café et un restaurant ont été aménagés sur l'esplanade d'où l'on jouit d'une belle vue sur la Corne d'Or, la Mosquée de Süleymaniye et la Tour de Beyazıt.

Plan 2, D 1/2
 
Fethiye camii, située dans le quartier de Fener, est l'ancienne Eglise de la Vierge Pammacaristos (l'Eglise de la Vierge Bienheureuse). Une église, formée par un sanctuaire principal, fut construite au XIe siècle par Jean Comnène et son épouse Anna Doukaina. L'église fut reconstruite au tout début du XIVe siècle par Michel Glabas qui y ajouta, au sud-est, une chapelle funéraire pour lui et sa famille. Là se trouvent les plus beaux exemples de mosaiques à fond d'or du XIVe siècle. En 1455, le Patriacat Orthodoxe fut tranféré içi depuis l'Eglise des Saints Apôtres, puis fut installé dans l'Eglise St George en 1586, lorsque l'église fut transformée en mosquée.

Son nom turc, qui signifie " Mosquée de la Victoire ", lui fut donné pour commémorer des victoires du sultan Murat III.
Le bâtiment principal est toujours utilisé en tant que mosquée. L'ancienne chapelle funéraire qui contient les mosaiques est ouverte et se visite en tant que musée.
Plan 2, C 1


Eski Imaret Camii, anciennement appelée l'Eglise du Saint Sauveur Pantepopte (le Sauveur qui Voit Tout) est située dans le quartier de Zeyrek. Elle fut construite à la fin du XIe siècle par Anne Delassène, la mère de l'Empereur Alexis Comnène, qui se retira dans le monastère où elle mourut et dont faisait partie l'église. Lorsque les Croisés prirent Constantinople en 1204, l'église fut consacrée au culte latin et la plupart des reliques furent envoyées à Venise et vers d'autres pays occidentaux. Trois des cinq nefs qui composaient l'église ont subsisté et sont précédées par un marthex et un exonarthex.
 
Fenari lsa Camii était autrefois le Monastère de Constantin Lips, un complexe monastique composé par l'Eglise de la Theotokos Panachrantos (l'Immaculée Mère de Dieu) construite en 908 par Constantin Lips, personnage important au service de Léon VI le Sage (886-912) et plus tard de Constantin VII Porphyrogénète. Au sud de cette église, l'Eglise de St Jean Baptiste également appelé St Jean le Prodrome, et une petite chapelle funéraire furent ajoutées au XIIIe siècle par Théodora, l'épouse de Michel VIII Paléologue (1261-1282). Ce couvent impérial pour femmes abrita de nombreuses tombes dont celles de l'impératrice Théodora et de sa fille Eudoxia. Les églises furent transformées en mosquée à la fin du XVe siècle. Après l'incendie de 1622 qui endommagea fortement l'ensemble des bâtiments, les colonnes furent supprimées et remplacées par des arcs en ogive, et le toit ainsi que les deux dômes furent reconstruits. Les bâtiments subirent de nouveaux dégâts lors de l'incendie de 1917 et furent laissés à l'abandon pendant de nombreuses années.


Icône de Ste Eudocia du XIe siècle
provenant du Monastère de Constantin Lips
Musée Archéologique d'Istanbul


Les travaux de restauration ont mis en valeur la décoration élaborée en brique et pierre de taille sur les côtés est des églises, les fragments de mosaiques et l'inscription sur fond d'or dans l'Eglise de St Jean le Prodrome.
Fenari lsa Camii est située à Fatih sur le Adnan Menderes Bulvary.

Plan 4, E 3

 
Gül Camii est située dans le quartier de Cibali près de la Corne d'Or. L'ancienne Eglise Sainte Théodosie fut construite à la fin du XIe ou au début du XIIe siècle afin d'honorer la mémoire de la Vierge Martyre Théodosie. Selon certaines sources, lors de la prise de Constantinople par les Ottomans le 29 mai, date de la fête de la Sainte, l'église était décorée de roses d'où son nom turc de Gül Camii qui signifie la " Mosquée des Roses ". Une autre théorie nous dit qu'elle tire son nom du derviche Gül Baba, enterré là.
Plan 2, C 2



 
Vefa Kilise Camii est l'ancienne Eglise Saint Théodore. La date exacte de sa construction est incertaine. Selon des sources diverses, elle aurait été construite soit à la fin du XIe soit au début du XIIIe siècle. L'église fut convertie en Mosquée par le théologien Molla Gürani peu après la conquête de Constantinople. Ce charmant petit édifice est un bel exemple de l'architecture religieuse byzantine qui porte encore des traces de mosaiques, de fresques et de sculptures à l'intérieur. Tout comme Kalenderhane Camii, cette mosquée est située dans le quartier de la Mosquée de Soliman le Magnifique.
Plan 2, D 2

 

Kalenderhane Camii
est l'ancienne Eglise de la Theotokos Kyriotissa construite vers la fin du XIIe siècle. Cette église aurait fait partie de l'ancien Monastère du Christ Akataleptos construit longtemps auparavant sous le règne de Justinien. Lorsque les Croisés prirent Constantinople en 1204, l'église fut consacrée au culte latin durant une cinquantaine d'années. Une fresque retraçant la vie de Saint François d'Assise fut découverte dans l'une des chapelles latérales. Remarquablement restaurée, la fresque se trouve maintenant au Musée Archéologique. Quelques fragments de sculptures, de mosaiques et de fresques sont visibles dans la partie ouest de Kalenderhane Camii. Tout comme Vefa Kilise Camii, cette mosquée est située à proximité de la Mosquée de Soliman le Magnifique.

Plan 2, D 2
 
Bodrum camii: l'Eglise du Monastère de Myraleion fut construite au début du Xe siècle par Romain I Lécapène. Sous l'édifice se trouve une crypte respectant presque le même plan en croix grecque inscrite, et qui est à l'origine du nom turc de Mosquée de Bodrum (sous-sol). A l'extérieur se trouve l'entrée de la remarquable citerne circulaire ou la Rotonde (ne se visite pas). Soixante-dix des colonnes ont subsisté. Plusieurs membres des dynasties Macédonienne et Comnène furent enterrés dans le monastère qui fut détruit deux fois par le feu en 1784 et en 1911, lors du grand incendie qui ravagea le Grand Bazar.
Plan 2, E
 
L'Aqueduc de Valens (Bozdoğan Kemeri) fut commencé de construire par l'Empereur Constantin mais seulement achevé par Valens en 378. L'aqueduc supportait les conduites canalisant les eaux des collines environnantes pour alimenter les citernes et palais byzantins et plus tard le Palais de Topkapı. Sa longueur initiale était d'environ 1 km et il s'étendait depuis la Mosquée de Fatih jusqu'à l'actuelle Université de Beyazıt. L'aqueduc fut endommagé et restauré plusieurs fois.
Plan 2, D 1