LE BOSPHORE

Le Bosphore est un détroit long de 31 km entre l'Europe et l'Asie reliant la Mer de Marmara à la Mer Noire. D'une profondeur moyenne de 50m, sa largeur varie entre 1 km et 2,5 km. Sa partie la plus étroite de 700m se trouve entre les forteresses de Rumeli et Anadolu Hisarı. Le niveau de la Mer Noire étant légèrement plus élevé que celui de la Marmara, cela produit de forts courants opposés, à la surface et en profondeur. Un autre courant est provoqué par le taux de salinité différent entre les deux mers.
Deux ponts suspendus relient les deux rives: "Atatürk Köprüsü" inauguré en 1973, et "Fatih Sultan Mehmet Köprüsü" inauguré en 1988.
Plan 1

Une promenade en bateau (vapur) sur le Bosphore permet de découvrir un autre aspect de cette ville trépidante. Des palais, de très belles demeures en bois les "yalı", de luxueuses villas, des restaurants de poissons bordent ses rives.




Construite sur un rocher, la Tour de léandre (Kız Kulesi), un phare de 30m de haut à l'entrée du Bosphore près d' Üsküdar sur la rive Asiatique, est appelée en turc "Tour de la Jeune Fille". Un sultan apprenant que sa fille unique et adorée mourrait empoisonnée, fit construire cette tour pour l'y enfermer. Mais un serpent caché dans un panier de fruits apporté par sa servante fit son oeuvre...
Le phare, qui a été transformé en un agréable restaurant, est relié, depuis sur la Côte Asiatique, par des bateaux-navettes à Üsküdar, autrefois mieux connue par les Occidentaux sous le nom de Skutari
.
 


LA CORNE D'OR






Ce bras de mer est un havre naturel qui a fait le succès du site depuis l'Antiquité. Son nom vient de sa forme de corne et de la teinte que prenait la surface de l'eau au coucher du soleil .

A Fener se trouve le siège du Patriarcat Orthdoxe (Eglise Saint George) où il y fut installé en 1586. Le magnifique bâtiment en bois, reconstruit en 1837, fut détruit par un incendie en 1941.
Plan 2, C 1







Ecole grecque



A Balat se trouvent les vieux quartiers juifs. Depuis Eyüp, le long d'intéressants cimetières aux belles tombes ottomanes, on atteint le haut de la colline où Pierre Loti, officier de marine et écrivain français qui vécut quelques temps à Istanbul (lire son roman Aziyadé), aimait contempler la ville. Depuis le Café Pierre Loti, la vue est splendide et le coucher du soleil à ne pas manquer.
La Corne d'Or sépare la vieille ville au sud, de la ville nouvelle au nord.
Plan 4, B 2



Cimetières d'Eyüp

Café Pierre Loti